Du 5 au 12 mai 2019

Lire l'édito

Jeunes artistes à découvrir ou stars de la scène musicale internationale, musique vocale ou orchestrale, musique de chambre, piano… La 67ème édition des Musicales de Colmar ne s’interdit rien et se place sous le double signe de la jeunesse et de la diversité des genres musicaux. De la musique ancienne à la création contemporaine, en passant par le tango et la musique tzigane, notre festival est fidèle à l’ouverture qui l’a toujours caractérisé.

Le chant choral ouvrira le bal le 5 mai, autour de l’ensemble vocal Les Métaboles et Léo Warinsky. Puis le festival bat son plein avec le prestigieux orchestre de chambre "Deutsche Kammerakademie" de Neuss et en soliste l’un des plus grands pianistes actuels : Nelson Goerner. 

Une place importante sera faite aux jeunes talents avec les jeunes musiciens de La Chapelle Reine Elizabeth (Bruxelles) qui se joignent au grand Augustin Dumay pour une soirée Brahms et les lauréats de l’Académie Ravel qui proposent un programme autour du quatuor, de la voix et du piano. Le Quatuor Les Dissonances fait dialoguer la création mondiale de la dernière pièce d’Eric Montalbetti (commande 2019 des Musicales) avec de grandes œuvres du répertoire de quatuor à cordes.

Nous célébrons aussi deux anniversaires : le 10 Mai, celui de Clara Schumann, née il y a 200 ans, épouse de Robert Schumann et l’une des plus grandes pianistes du XIXème  siècle. Elle joua d’ailleurs à Colmar et à Guebwiller et se trouve liée aux racines de notre festival qui remontent justement à sa présence en Alsace. Nous nous joignons également aux commémorations de l’Année Berlioz.

Deux des meilleures sopranos d’aujourd’hui, Emilie Pictet et Anna Reinhold nous feront le plaisir de leur présence pour chanter le romantisme de Clara Schumann ou Brahms, mais aussi celui des Nuits d’Eté de Berlioz, dans une nouvelle version pour ensemble de chambre et voix, réalisée par le compositeur Luca Antignoni.

L’enthousiasme du Quatuor Kelemen qui avait enchanté notre public anime à nouveau cette édition, en écho à François Salque et Vincent Peirani dont les improvisations en duo éblouissent.

L’étoile montante du piano français, Jean-Baptise Fonlupt, célèbre Berlioz et son ami Liszt, les génies visionnaires artisans d’une véritable Europe musicale, dans un programme conçu autour de la célèbre Symphonie Fantastique. Berlioz, qui, louant l’excellence musicale en terre d’Alsace, s’exclame en 1863 « on ne connaît pas ces choses-là à Paris », et se félicite de l’émotion profonde que la musique y suscite auprès du public. 

Marc Coppey

Directeur artistique

Michel Spitz

Président des Musicales

Hors les murs

Retrouvez le Festival de musique de Colmar dans des lieux d'exception.

Découvrir

Actualités